Actualité du don de sang et de la transfusion
partager sur facebookpartager sur twitterpartager sur
google +

Développement de l'ErythroMer, sang artificiel

Photo d'une transfusion sanguine

A l'occasion de la réunion annuelle de l'American Society of Hematology, qui s'est déroulée en décembre, des chercheurs de la Washington University (Missouri) ont présenté leur travail sur le développement d'un sang artificiel sous forme de poudre : ErythroMer.

Actuellement, tous les pays du monde ont des problèmes pour le stockage des concentrés de globules rouges (CGR), qui doivent être conservés à 4°C. De plus, ces CGR ne peuvent être conservés que 42 jours afin d'assurer leur qualité.

Les chercheurs de l'université de Washington ont développé du sang artificiel sous forme de poudre qui supprime les exigences des CGR actuels. Les travaux n'en sont qu'à leurs débuts mais des expériences ont déjà montré des résultats prometteurs.

Le produit se présente sous la forme de poudre, qui contient des protéines d'hémoglobine humaine purifiées, revêtues d'un polymère pour une utilisation compatible avec n'importe quel groupe sanguin, et agit en imitant la manière dont les cellules sanguines réelles distribuent l'oxygène dans le corps. Il peut être stocké puis utilisé n'importe où, par des médecins ambulanciers par exemple, à condition de la mélanger avec de l'eau stérile.

Les premiers résultats sur les souris ont prouvé que l'ErythroMer permet de fournir de l'oxygène aux tissus de la même manière que des cellules sanguines. Mais l'ErythroMer ne peut pas demeurer dans le corps aussi longtemps que des globules rouges réels.

Son utilisation serait dédiée exclusivement aux situations d'urgence, comme la transfusion rapide d'un patient avant son arrivée à l'hôpital. Ce produit serait donc mis à disposition des services de secours (SMUR) afin de réaliser des transfusions sur les lieux des accidents.