Actualité du don de sang et de la transfusion
partager sur facebookpartager sur twitterpartager sur
google +

Evolution dans le suivi des femmes enceintes

photo de globules rouges

Attendu depuis 2011, la caisse nationale d'assurance maladie a décidé de rembourser la recherche du phénotype de l'antigène D par analyse génétique des foetus à partir d'un prélèvement réalisé chez la femme enceinte.

Depuis le 15 juillet dernier, les femmes enceintes rhésus négatif  bénéficient d’une prise en charge de ce test prescrit par les gynécologues obstétriciens. Alors que ce test était peu pratiqué du fait de son coût, la prise en charge de cette analyse va permettre de changer le suivi des femmes enceintes.

Actuellement, afin de prévenir l'immunisation des femmes lors de leurs grossesses vis à vis de l'antigène D, une injection de gamma globulines (anti-D) est réalisée. Avec le remboursement de ce test, seul les femmes attendant un enfant D positif recevront une injection de gamma globulines.

Cela va permettre d'alléger le suivi des femmes enceintes, et en ce qui concerne la transfusion sanguine, la réduction des injections de gamma globulines va réduire le temps des analyses en laboratoire, puisque la recherche d'anticorps était positive du fait de la présence de la gamma globuline.

Cette analyse génétique du foetus à partir d'un prèlévement sanguin chez la mère a été possible après de longues recherches par l’Institut de Biotechnologies J. Boy, installé à Reims dans le parc technologique Henri Farman, en collaboration avec des équipes de recherche françaises de renom.

Les premiers travaux de recherche ont débuté dès 2004, en étroite collaboration avec le Centre National de Référence en Hémobiologie Périnatale (C.N.R.H.P. – Hôpital St Antoine), et l’Institut National de Transfusion Sanguine, avec l’aide des équipes des professeurs Jean-Pierre Cartron et Yves Brossard.