Immuno-Hématologie Erythrocytaire

Difficultés

Lors de la réalisation des groupages ou des phénotypages, il peut y avoir des anomalies qui s'expliquent par la pathologie du patient ou par la présence d'un génotype particulier. Cette partie décrit les différents cas d'anomalies de groupages et phénotypages ainsi que les solutions à apporter pour déterminer le groupe ou le phénotype du patient.

 

Anomalies de groupages ABO


Anomalies sur l'épreuve globulaire (Beth-Vincent) :

- Double population :

Lorsque les résultats d'analyses présentent une double population, c'est à dire qu'il y a des globules rouges ne présentant pas l'antigène et d'autres présentant l'antigène, il est indispensable de comprendre d'où peut venir cette double population.

La double population peut être observée à la suite d'une transfusion sanguine avec des globules rouges d'un groupe différent du patient, lors de greffe de cellules souches hématopoïétiques (de façon transitoire), lors d'hématopathies malignes ou chez les personnes âgées avec un affaiblissement antigénique.

  - Affaiblissement antigénique :

Les résultats d'analyses peuvent présenter une faible agglutination (agglutination partielle des hématies). Cette faible agglutination peut être due à un affaiblissement antigénique (nombre de sites antigéniques faible) qui s'explique, soit par un état pathologique du patient (leucémie), soit par un phénotype rare chez le patient. Le tableau ci-après montre les sous-classes des antigènes du système ABO avec les résultats des analyses qui pourraient expliquer l'affaiblissement antigènique.

Tableau des sous-groupe du système ABO

- Excès globulaire :

Cet excès globulaire peut survenir à la suite d'une forte concentration de protéines lors de dysglobulinémies (maladie de Kahler, maladie de Waldestöm) ou d'hyperfibrinémies dans certaines réactions inflammatoires. Afin d'éliminer ce problème, il est conseillé de laver les hématies en solution saline plusieurs fois à 37°C. Les excès globulaires peuvent également être observés lorsque des auto-anticorps sont fixés sur les globules rouges. Le lavage à 37°C élimine généralement ces auto-anticorps. Si cela n'est pas suffisant, la réaction peut également être réalisée à 37°C. Enfin, si l'anomalie persiste, les hématies peuvent subir un lavage à 56°C ou un traitement au DTT pour délier les antigènes des anticorps et ainsi résoudre ce problème.

De façon très exceptionnelle, une réaction faussement positive lors de l'épreuve globulaire peut être également la conséquence d'une réaction entre les anticorps du patient et les colorants utilisés pour contraster les anti-A ou anti-B, ou contre les composants de l'anti-sérum.

- Défaut globulaire :

Exceptionnellement, le patient peut présenter une concentration anormalement élevée en substances A ou B circulant dans son plasma qui affecterait l'analyse globulaire par une neutralisation du réactif conduisant à un résultat faussement négatif.

 

Anomalies sur l'épreuve plasmatique (Simonin-Michon) :

L'anomalie du Simonin est constatée lorsqu'il y a une discordance entre l'épreuve globulaire et l'épreuve plasmatique. Cette discordance peut être soit un défaut de simonin (absence d'anticorps du système ABO), soit un excès d'anticorps (par exemple : agglutination des globules A1 pour un patient de groupe A).

- Défaut de Simonin :

Ce défaut est dû à la non agglutination d'un globule rouge alors que le patient devrait "normalement" posséder l'anticorps. Il existe plusieurs explications à ce phénomène. Cette absence d'anticorps est observée lors des groupages des nouveaux-nés, ceci est dû à l'immuno-immaturité (les anticorps du système ABO sont produits essentiellement dans les 6 premiers mois de la vie).

Ce défaut peut être également dû, non pas à une absence totale de l'anticorps, mais à un affaiblissement de production d'anticorps qui n'est plus détectable par les techniques standard utilisées (limite de détection). Les anticorps des groupes sanguins ABO ont un optimum thermique à 4°C. Ils s'agglutinent plus facilement à 4°C qu'à température ambiante. Cette propriété est donc utilisée pour tenter de mettre en évidence les anticorps dans le plasma. On réalise ainsi, un groupage sanguin en tube (technique saline) à 4°C. La papaïnisation des hématies tests apporte également une sensibilité accrue des anti-A et/ou anti-B. Enfin, la technique la plus efficace pour la mise en évidence d'anti-A ou/et anti-B chez un indivdu reste la fixation-élution qui permet de concentrer les anticorps. Cet affaiblissement de la production peut être dû au vieillissement de l'individu (immuno-emoussé) ou à une pathologie (immuno-déprimé).

Dans certains cas, ce défaut peut être un état normal chez un individu. Lorsqu'une greffe de moelle osseuse est réalisée sur un individu, son groupe sanguin change pour prendre le groupe sanguin du donneur de moelle, mais le système immunitaire reste identique. Un patient de groupe A possède donc des anti-B. Si celui-ci est greffé en groupe B, le corps humain va produire des antigènes B sur les globules rouges : le patient va donc devenir B et dans le même temps, le système immunitaire va tolérer cet antigène B (devenu un antigène du soi). Il ne va donc plus produire des anticorps contre le groupe B comme initialement. Ne produisant pas d'anticorps A car initialement de groupe A et ne produisant plus d'anticorps B, il n'aura donc plus d'anticorps du système ABO. Il y aura donc une discordance permanente entre l'épreuve globulaire (groupe A) et l'épreuve plasmatique (groupe AB).

Ce même phénomène de tolérance se produit chez certains jumeaux dizygotes. Lors de la grossesse, les globules rouges des jumeaux peuvent se mélanger. Les jumeaux présenteront donc une double population de globules rouges. Cette double population va disparaitre au cours de la vie, mais l'immunité de l'enfant aura produit une tolérance sur les antigènes des globules rouges de son jumeau. Comme dans le cas précédent, si l'un des jumeaux est A et l'autre B, le plasma des jumeaux ne présentera pas d'anticorps du système ABO.

- Excès de Simonin :

L'excès de simonin peut être dû à la présence d'un anticorps. Il est donc essentiel de déterminer l'anticorps avant de trouver les hématies adaptées à la détermination du groupage : il faut trouver des hématies A et B dépourvues de l'antigène correspondant à l'anticorps, ou on réalise une adsorption de l'anticorps avant de refaire le groupage sanguin ABO.

Dans le cas où la recherche d'anticorps (RAI) sur les panels est négative, il peut s'agir d'un anti-A1 chez un sujet A2 ou A2B. Cet anticorps est naturel et ne se détecte pas dans les RAI car seulement des goupes O sont utilisés lors de cette analyse. Il peut également s'agir d'un anticorps de faible fréquence (cas très rare), dans ce cas la reprise du groupage avec des hématies différentes corrige l'anomalie.

Dans certains cas, la réaction peut être faussement positive du fait d'une concentration anormale en protéines ou de la présence dans le plasma d'un colloïde de haut poids moléculaire (phénomène de rouleaux). Un anticorps chez le patient peut également interragir avec les composants du milieu réactionnel.

 

Témoins "règlementaires" :

Ces témoins sont appelés ainsi car ils sont devenus obligatoires par la règlementation. Ils doivent être réalisés lors de toute anomalie de groupages sanguins. Ces témoins sont au nombre de 3 : le témoin Allo, le témoin Auto, le témoin SAB. Ces témoins doivent être utilisés lors de l'anomalie d'un groupage sanguin dans les mêmes conditions que les techniques de groupes.

  • Le témoin Allo consiste à mettre en contact le plasma du patient avec des hématies de groupe O. L'agglutination de ce témoin indique la présence d'un anticorps érythrocytaire dans le plasma.
  • Le témoin Auto consiste à mettre en contact le plasma du patient avec ses propres globules rouges dilués. Une agglutination montre la présence d'un auto-anticorps.
  • Le témoin SAB consiste à mettre en suspension les globules rouges du patient dans un sérum de groupe AB (dépourvu donc d'anti-A, d'anti-B et de tout autre anticorps érythrocytaire). L'agglutination indique un effet de rouleau des globules rouges donnant l'image d'une agglutination.

 

 

Anomalies de phénotypage (hors ABO)


Comme pour les antigènes du système ABO, une anomalie peut être constatée lorsqu'il y a deux populations de globules rouges dans la circulation sanguine du patient à la suite d'une transfusion ou d'une greffe de moelle osseuse. Les doubles populations peuvent être observées lors d'hémopathie maligne, chez des jumeaux dizygotes, ou chez les personnes âgées.

On peut également observer un affaiblissement antigénique pouvant être dû à la présence d'un antigène variant. Dans ce cas, il faut réaliser un génotypage afin de déterminer s'il faut le rendre antigène négatif ou positif afin de garantir une compatibilité lors des transfusions sanguines.

 

Particularité de la greffe de cellules souches hématopoïétiques


La réalisation du groupage permet également de suivre l'évolution d'une greffe de moelle. A la suite d'une greffe de cellules souches hématopoïétiques, les lymphocytes du malade peuvent encore sécréter des anticorps malgré la destruction de la moelle osseuse par chimiothérapie et irradiation intensive du corps. Cette faible production d'anticorps entraine un risque hémolytique pour le patient en cas de greffe ABO incompatible. Après adaptation des lymphocytes, le groupage sanguin fait apparaitre des doubles populations sur les différents antigènes non compatibles entre le greffon et le patient. Le groupage permet donc de déterminer le début de la production des nouvelles cellules du greffon avec l'apparition des doubles populations.

La production des hématies du greffon est associée à la production des lymphocytes, pouvant conduire à un risque hémolytique en cas de greffe ABO incompatible. Après adaptation de ces nouveaux lymphocytes, le groupage sanguin présente un simonin compatible entre les hématies du patient et du greffon. Puis, les globules rouges du patients disparaissent progressivement pour laisser seulement les hématies du greffon. Le groupage sanguin ne présentera plus de doubles populations au niveau du beth-vincent et un simonin adapté. La greffe est réussie.

Lors du rejet d'une greffe de cellules souches hématopoïétiques ABO incompatible, les lymphocytes du patient reproduisent des anticorps pouvant conduire à un risque hémolytique. Le simonin fait donc apparaître ce rejet. Dans le cas d'un rejet d'une greffe ABO compatible, on observe la réapparition d'une double population au niveau du beth-vincent.