Le virus du nil perturbe les dons de sang en France depuis des jours
Actualité du don de sang et de la transfusion
partager sur facebookpartager sur twitterpartager sur
google +

Le virus du nil perturbe les dons de sang

photo des produits sanguins et de leurs tubes pour analyses

Avec la multiplication des patients atteints par le virus du Nil occidental, l'Etablissement Français du Sang (EFS) a décidé de mettre en place des mesures spécifiques, afin de garantir la sécurité transfusionnelle des malades.

Etant donné que de nombreuses transfusions sanguines sont réalisées à des personnes ayant de lourdes pathologies, l'EFS se doit de réduire le risque de contamination envers ces personnes, par des virus ou bactéries, même bénins.

Afin de réduire le risque de contamination des patients avec le virus du Nil occidental, l'EFS a mis en place un ajournement pour les donneurs de sang ayant séjourné dans le Sud de la France durant les 28 jours avant leur don de sang. Cet ajournement est temporaire.

Cette mesure de précaution a été prise après la détection de 20 cas de virus du Nil occidental en région Provence-Alpes-Côte-d'Azur, et notamment dans les Alpes-Maritimes, de Nice au Cannet, ces dernière semaines.

"Toutes les personnes ayant séjourné au moins une nuit dans les Alpes-maritimes, le Var, les Bouches-du-Rhône, le Vaucluse et les Pyrénées-Orientales, mais aussi Monaco, ne peuvent pas faire de don pendant 28 jours", explique l'Établissement français du sang (EFS) dans un communiqué.

Pour les personnes habitant les zones touchées par le virus, l'EFS a mis en place l'analyse systèmatique des poches de sang vis à vis du virus. La population vivant dans le sud de la France peut donc donner son sang, sans nouvelle restriction.

Cette situation est provisoire, car le moustique Culex à l'origine de ce virus, va disparaitre avec l'arrivée du froid. Ainsi, le don de sang ne sera plus perturbé par le virus du Nil. La fin de ces mesures est estimée au 1er décembre.