Les produits sanguins labiles pour la transfusion proviennent de dons
Transfusion sanguine

Différents types de PSL

Tous les produits sanguins labiles proviennent de donneurs de sang bénévoles. Ces produits respectent les régles de sélection des donneurs, de transports, d'analyses et de conservation afin de garantir la securité des receveurs.

 

Concentrés de Globules Rouges (CGR)


Les CGR sont obtenus par séparation des hématies des autres consituants du sang, à partir du sang total. Ces hématies subissent deux transformations, à savoir une déleucocytation et l'ajout d'une solution de conservation. Les CGR peuvent également être obtenus lors d'un don spécifique à l'aide d'un séparateur de CGR (aphérèse). Les CGR sont conservés maximum 42 jours (2-8°C).

Il existe différentes qualifications de ces produits :

  • Les CGR phénotypés : respect du phénotype Rhésus-Kell (RH-KEL) compatible entre le donneur et le receveur
  • les CGR phénotypés étendus : respect du phénotype autre que RH-KEL lors de certaines immunisations érythrocytaires
  • Les CGR compatibilisés : après un test de compatibilité au laboratoire entre le sérum ou plasma du receveur et les hématies du CGR à transfuser.

 

Ces CGR peuvent aussi subir des transformations selon la pathologie du malade :

  • les CGR déplasmatisés : consiste à éliminer le plasma résiduel des CGR
  • les CGR réduits de volume : consiste à éliminer une partie du milieu de suspension des CGR
  • les CGR irradiés : consiste à irradier le CGR avec une source de rayonnements ionisants de 25  à 45 gys afin d'inactiver les lymphocytes T responsables de la réaction du greffon contre l'hôte
  • les CGR cryoconservés décongelés : certains CGR de donneurs présentant un phénotype rare sont conservés à une température inférieure à moins 130°C afin d'augmenter leur conservation
  • les unités pédiatriques : les CGR sont divisés en poche contenant de petits volumes de CGR afin de transfuser les nouveaux-nés

photo d'une poche de sang

 

Concentrés de Plaquettes


Les concentrés de plaquettes sont issus de deux types de dons : le sang total après séparation des constituants du sang et les plaquettes d'aphérèses. Ces deux types de provenance donnent donc deux types de produits distincts :

  • les Mélanges de Concentrés Plaquettaires Standards (MCPS) issus de 5 à 6 dons de sang total dont on a récupéré les plaquettes
  • les Concentrés Plaquettaires d'Aphérèse (CPA) : lors du don, une machine d'aphérèse permet l'extraction des plaquettes du donneur à partir de son sang.

Ces plaquettes sont en suspension dans le plasma du ou des donneurs (ou T-sol pour les CPA) afin d'éviter toute agrégation des plaquettes entre elles. Une agitation est réalisée pour éviter ce même phénomène. Ces produits sont conservés entre 20 et 24°C.

Il existe différentes qualifications de ce produit :

  • Les CPA phénotypés : détermination des Ag HLA (classe I) et/ou HPAS1 à 5
  • Les CPA compatibilisés : une épreuve directe de compatibilité entre le plasma du patient et les lymphocytes du donneur a été réalisée

 

Ces CPA peuvent aussi subir des transformations selon la pathologie du malade :

  • les CPA ou MCPS déplasmatisés : consiste à remplacer le plasma résiduel par une solution de conservation
  • les CPA réduits de volume : consiste à extraire une partie du milieu de suspension
  • les CPA ou MCPS irradiés : consiste à irradier les concentrés de plaquettes avec une source de rayonnements ionisants de 25 à 45 gys
  • les CPA phénotypés cryoconservés : certains CPA sont congélés afin d'augmenter leur conservation. La congélation altère les plaquettes.
  • les CPA pédiatriques : les CPA sont divisés en poche contenant de petits volumes de plaquettes afin de transfuser les nouveaux-nés
  • les CPA et MCPS traités par amotosalen : les concentrés de plaquettes sont viro-atténués par traitement

Photo d'un concentr? de plaquettes

 

Plasma thérapeutique


Il existe 4 types de plasmas thérapeutiques homologues :

  • le Plasma Frais Congelé traité par Solvant-Détergent (PFC-SD) : le plasma issu de 100 dons (pool) est traité avec un solvant détergent afin d'inactiver les virus (médicament).
  • le Plasma Frais Congelé traité par Amotosalen (PFC-IA) : le plasma est traité avec de l' Amotosalen afin d'inactiver les virus.
  • le Plasma Frais Congelé Sécurisé par quarantaine (PFC-Se) : il s'agit d'une unité de plasma extraite d'une unité de sang total congelée dans les 24h qui suivent le prélèvement. Ce plasma est gardé en quarantaine pendant un minimum de 120 jours jusqu'à la réalisation de nouveaux tests chez le donneur lors d'un second don. Le PFC est alors disponible pour une utilisation thérapeutique.
  • le Plasma Lyophilisé destiné aux unités militaires déployées en opérations extérieures (PLYO)

Les plasmas thérapeutiques sont conservés à une température égale ou inférieure à -25°C durant au maximum un an après la date de prélèvement pour les plasmas frais congelés traités à l'Amotosalen et les plasmas sécurisés; et d'un an après sa date de préparation pour les plasmas frais congelés au solvant-détergent. Toutes les études de comparaison des efficacités des différents traitements de plasmas n'ont pas montré de différences entre les différents plasmas thérapeutiques.

Plasma viro-atténué (PFC-IA, PFC-SD, PLYO) Plasma sécurisé (PFC-se)

   Avantages :

  • potentiellement plus sécuritaire sur les agents pathogènes inconnus
  • plus flexible dans la gestion des besoins
  • logistique simplifiée par l'absence de stockage de quarantaine

   Avantages :

  • sécurisation élevée pour les agents pathogènes testés aux laboratoires
  • facteurs de coagulation supérieur à 20%

 

   Inconvénients :

  • nouveaux risques provenant du pool de donneurs
  • diminution des facteurs de coagulation (10 à 20%)
  • augmentation des coûts

   Inconvénients :

  • risque infectieux non éliminé sur les agents pathogènes non testés
  • réaction plus lente dans les fluctuations des besoins des malades
  • stockage de quarantaine

 

Sang reconstitué


Lorsqu'une exsanguino-tranfusion doit être pratiquée, l'utilisation de sang total est nécessaire. Ces produits n'étant plus disponibles, il est réalisé un sang reconstitué à partir d'un CGR déleucocyté mélangé avec un PFC décongelé ou de l'albumine.

 

Produits sanguins autologues


Lors d'opération programmée, où la nécessité de tranfusion est fréquente, certains médecins décident de prescrire à leur patient le prélèvement de produits sanguins autologues. Le prélèvement se déroule comme un don de sang mais avec des délais entre les prélèvements plus courts que pour les donneurs classiques. Ces patients auront donc à leur disposition 2 à 3 CGR et PFC réservés à leur nom (identité inscrite sur la poche).

Ce procédé est de moins en moins utilisé car il présente beaucoup d'inconvénients qui ne sont pas forcément compensés par les bénéfices. En effet, ces prélèvements de sang total conduisent à une anémie avant une opération à risque hémorragique possible. En cas de saignements abondants lors de l'opération, l'utilisation de sang homologue (provenant de donneurs) sera en effet probable, les 2 à 3 CGR n'étant pas suffisants. L'intérêt de diminuer les risques viraux par l'utilisation de son propre sang peut donc vite disparaître lors de l'opération.

Il faut savoir que les produits prélevés dans ce cadre ne serviront qu'au patient, ils seront donc détruits à la fin de sa péremption.

 

Concentré de Granulocytes d'Aphérèse (CGA)


Le CGA est prélevé à partir d'un donneur traité par corticoïdes dans le but d'augmenter sa concentration sanguine en granulocytes. Il doit contenir un minimum de 2.1010 granulocytes dans un volume total de 200 à 650 mL. Il contient également une grande quantité de plaquettes (2 à 4 1011), du plasma et des globules rouges en quantité variable, mais pouvant conduire à une immunisation. En cas de CGA Rhésus positif pour un patient Rhésus négatif, le CGA peut être désérythrocyté en complément d'une injection d'immunoglobuline anti-D. Ce produit est conservé au maximum 12 heures entre 20 et 24°C. Son efficacité baisse à partir de 6 heures après le prélèvement.

Ce faible délai entraine des contraintes pour réaliser les analyses chez le donneur et pour réaliser la transfusion. Celles-ci sont réalisées durant le don afin de gagner du temps. Par contre, la réalisation du diagnostic génomique viral (DGV) ne peut pas être faite car se réalise en plus de 5 heures. Une dérogation réglementaire permet la transfusion du produit en l'absence de DGV du VIH et du VHC sous réserve du consentement éclairé du patient ou de sa famille recueilli par le médecin prescipteur.

Ce produit est obligatoirement irradié afin d'éviter la maladie du greffon contre l'hôte post-transfusionnelle. Une déplasmatisation, une réduction de volume et une préparation pédiatrique (50 mL minimum) peuvent être réalisées sur le CGA selon des cas spécifiques pour le patient.

Le CGA est phénotypé pour les globules rouges, les système HLA et les systèmes spécifiques aux granulocytes lorsque le receveur présente un anticorps dirigé contre ces systèmes sauf pour les hématies. En cas de présence d'anticorps, une épreuve de compatibilité est également réalisée sur le produit.