Actualité du don de sang et de la transfusion
partager sur facebookpartager sur twitterpartager sur
google +

Conséquences de la babésiose aux Etats-Unis

photo d'une poche de sang

Depuis quelques années, la FDA (Food and Drug Administration) suit, par l'intermédiaire de la Croix-Rouge américaine, l'évolution de la Babésiose aux Etats-Unis et les risques de transmission de cette pathologie lors d'une transfusion sanguine.

En décembre 2016, la Croix-Rouge américaine a publié les résultats d'une étude de deux ans permettant d'évaluer la prévalence du parasite Babésia chez les donneurs de sang. Sur l'ensemble des échantillons testés (89 153 dons de sang), le parasite a été découvert chez 335 donneurs de sang.

La FDA estime que 11% des décès liés à la transfusion sont causés par du sang contaminé par des agents pathogènes, avec jusqu’à 38% des décès liés à Babesia. Face à ce constat, la FDA avait recommandé en 2015 de réaliser un dépistage des anticorps de la Babésiose. Mais pour l'instant, aucune modification des méthodes de dépistage n'a été mise en place aux Etats-Unis.

Du coté du CDC (Center for Disease Control and Prevention), il a été décidé depuis 2011 de suivre les cas de maladie de Lyme et a rendu la déclaration de cette pathologie obligatoire. En connaissant la part de la population contaminée, elle évaluera le risque de transmission du parasite durant le don de sang.

Pour déterminer si la Bebesia était effectivement transmissible lors des transfusions sanguines et qu'elle conduisait de ce fait à une propagation de la maladie chez le receveur, les chercheurs ont pratiqué des études en laboratoire sur les animaux. Ils ont constaté que 50% du temps les animaux transfusés développaient la maladie de Lyme.

A ce jour, aucun pays au monde n'a mis en place une politique de dépistage de toutes les maladies transmissibles par les tiques. Les conséquences de la transmission chez les patients de ces pathologies restent encore floues. Car même si la transmission de la maladie est confirmée chez les experts, leurs conséquences sur les receveurs restent à déterminer, notamment pour la mobidité.