Actualité du don de sang et de la transfusion
partager sur facebookpartager sur twitterpartager sur
google +

Demande d'abrogation de l'arrêté du don de sang

un coeur sur la main pour dire oui au don de sang pour tous

La mise en place d'un nouveau gouvernement en France donne de l'espoir aux associations LGBT qui luttent contre les discriminations des homosexuels, bisexuels et transexuels, et demandent à la Ministre chargée de la Santé, d'abroger l'arrêté excluant la majorité des homosexuels au don de sang.

La semaine dernière, 5 associations LGBT : Mousses, Sida Info Service, Comité Idaho France, Stop Homophobie et Elus locaux contre le SIDA, ont demandé à la Ministre chargée de la Santé d’abroger l’arrêté interdisant à 94% des hommes homosexuels de donner leur sang.

L'arrêté mis en cause par les associations a été publié par l'ancien gouvernement le 5 avril 2016. Ce texte mettait fin à l'exclusion définitive des homosexuels, en leur permettant de donner leur sang après une période de 12 mois sans relation avec d'autres hommes.

Les associations LGBT reprochent à cet arrêté d'être une illusion dans l'ouverture du don de sang aux homosexuels, car au final, 93,8 % des hommes ayant eu des relations sexuelles avec des hommes ne peuvent pas donner leur sang.

D'autant plus que cette restriction pour le don de sang n'est pas justifiée. Les tests actuels permettent en effet de dépister avec certitude le VIH dans le sang des donneurs, à moins que ceux-ci n’aient été infectés depuis moins de 12 jours. Or, la durée d’exclusion temporaire est aujourd’hui en France 10 fois supérieure à cette durée pour les hommes hétérosexuels et 30 fois supérieure pour les hommes homosexuels.

Selon Me Etienne Deshoulières, avocat des associations, « cette distinction entre hétérosexuels et homosexuels n’est fondée sur aucune justification médicale ou épidémiologique. Il s’agit d’une discrimination pure et simple opérée en raison de l’orientation sexuelle, qui tend à stigmatiser les rapports sexuels entre hommes et à faire des gays des citoyens de seconde zone ».