Adaptation du don de sang suite à la découverte du virus de Nil, Nice
Actualité du don de sang et de la transfusion
partager sur facebookpartager sur twitter

3 personnes infectées par le virus du Nil à Nice

photo de globules rouges

Suite à l'annonce de l'Agence Régionale de Santé (ARS) Provence-Alpes-Côte d’Azur de la découverte de 3 personnes infectées par le virus de Nil à Nice, l'Etablissement Français du Sang (EFS) de la région doit s'adapter pour éviter tout risque de transmission du virus par transfusion sanguine.

Fin juillet, trois cas de fièvre à virus du Nil occidental (West Nile) ont été diagnostiqués à Nice et ainsi recensés par l'ARS. Cette pathologie virale transmise par les moustiques est rarement observée chez l’homme. «Ces cas témoignent d’une probable circulation du virus dans le département», a précisé l’agence sanitaire.

Même si ces infections virales n'ont aucun incidence de santé publique puisque les personnes infectées sont guéries, elles doivent tout de même être prises au sérieux pour éviter la propagation du virus. D'autant que ce virus circule en Europe. En effet, l’ARS PACA rapporte que 55 cas ont été signalés en Italie, Hongrie et Roumanie entre le 27 juillet et le 2 août.

L'ARS a également prévenu l'EFS et les équipes pratiquant le don d'organes, afin qu'ils mettent en place des mesures de sécurisation. Pour le don de sang, il est prévu que le sang des donneurs résidant dans les Alpes Maritimes soit analysé.

Dans les départements hors de la région PACA, les donneurs seront interrogés sur leurs déplacements dans le mois précédent. Ceux qui ont séjourné au moins une nuit à Nice dans les 28 jours précédant leur don pourraient être temporairement écartés du don de sang.