Indemnisation à la suite d'une transfusion de sang d'un octogénaire
Actualité du don de sang et de la transfusion
partager sur facebookpartager sur twitterpartager sur
google +

Indemnisation à la suite d'une transfusion de sang

Photo d'une transfusion sanguine

Un homme de 87 ans vient d'être indemnisé par l'Office national d’indemnisation des accidents médicaux (Oniam) pour avoir été contaminé par le virus de l’hépatite C lors d’une transfusion de sang contaminé il y a quarante ans.

La victime, âgée aujourd’hui de 87 ans, avait été hospitalisée en 1978 après avoir été victime d’un accident de la route : elle faisait l’objet d’une « importante hémorragie interne » et d’une « lésion hépatique » ayant conduit à une transfusion sanguine.

Mais vingt ans plus tard, en 1998, les médecins ont diagnostiqué une hépatite C. Les experts ont mis en évidence que cette infection était la conséquence des transfusions intervenues en 1978 lors de son hospitalisation.

En octobre 2016, le tribunal administratif d’Orléans lui avait octroyé 12 000 € de dédommagement malgré les 120 000 € réclamés par l'octogénaire, laissant également les 2 000 € de frais d’expertise à la charge de l’Oniam. Mais la victime a décidé de faire appel.

Finalement, la cour administrative d’appel de Nantes a confirmé le verdict du tribunal administratif d'Orléans considérant que les conséquences de cette contamination étaient « minimes » sur le foie de l’ancien patient du centre hospitalier de Romorantin-Lanthenay, selon le rapport d’expertise.

L'expertise précisant que le patient n'avait pas de traitement spécifique de cette hépatite du fait de sa stabilité et qu'aucune manifestation spécifique n'avait été observée par sa séropositivité. Les principaux troubles altérant la qualité de vie de l’octogénaire sont liés à une maladie athéromateuse liée au tabac, d’hypertension artérielle et de cholestérol.