Le cannabis de synthèse responsable d'hémorragies chez des patients
Actualité du don de sang et de la transfusion
partager sur facebookpartager sur twitter

Le cannabis de synthèse responsable d'hémorragies

Photo de la préparation des plasmas

Aux Etats-Unis, la consommation de cannabis de synthèse est responsable de nombreuses hémorragies qui doivent être traitées par les médecins essentiellement avec la vitamine K1 (phytonadione).

Ce problème a été mis en évidence par les scientifiques, suite aux nombreux cas décrits dans des hôpitaux de l'Illinois. En mars et en avril 2018, plus de 150 patients se sont présentés avec coagulopathie et diathèse hémorragique.

Après analyses, les scientiques ont mis en évidence que ces hémorragies étaient la conséquence de l'absorption de cannabis de synthèse. Contrairement au cannabis qui est issu d’une plante, le cannabis de synthèse est une substance chimique, produite à partir de molécules.

L'empoisonnement à la superwarfarine a été confirmé chez les 15 patients testés. Les tests anticoagulants ont révélé la présence d’anticoagulants chimiques tels que le brodifacoum chez 15 patients (100%), de difénacoum chez 5 (33%), de bromadiolone chez 2 (13%) et de warfarine chez 1 (7%).

Face à cette anémie, la vitamine K1 a été administrée par voie orale chez 34 patients et par voie intraveineuse chez 23 (68 %). Des transfusions sanguines ont également dû être réalisées dans certains cas. Ainsi 5 patients ont été transfusés (15%) avec des concentrés de globules rouges et 19 patients (56%) avec du plasma. Un patient est décédé des complications d'une hémorragie intracrânienne spontanée.