Le NPD de la Saskatchewan veut mettre un terme au plasma rémunéré.
Actualité du don de sang et de la transfusion
partager sur facebookpartager sur twitterpartager sur
google +

Le NPD veut mettre un terme au plasma rémunéré

photo d'une poche de plasma issu d'un donneur

Le Nouveau Parti Démocratique de la Saskatchewan (NPD), province canadienne qui borde les Etats-Unis, veut mettre fin aux dons de plasma sanguin rémunérés que certaines entreprises pratiquent dans la province.

Ryan Meili, chef du NPD explique que la mise en place du don de plasma en échange d'argent réduit le nombre de donneurs volontaires ainsi que la quantité de ce produit disponible au Canada, au profit de compagnies pharmaceutiques étrangères.

Kat Lanteigne, la directrice et cofondatrice de l’organisme à but non lucratif BloodWatch.org, partage ce point de vue. Selon elle, les dons de plasma ont diminué à Saskatoon depuis l’ouverture de la clinique, particulièrement chez les 17-24 ans.

Elle affirme que tout le plasma recueilli par cette entreprise est vendu sur le marché international et que ce système entrave les efforts de la Société canadienne du sang qui, elle, recueille du plasma sans rémunération.

Lors d’un point presse, ils ont tous deux critiqué le modèle d’affaires de l'entreprise Canadian Plasma Resources, qui exploite, depuis 2016, une clinique à Saskatoon et, depuis 2017, un établissement à Moncton, au Nouveau-Brunswick. L’entreprise offre 40 $ par don de plasma aux patients qui satisfont à ses critères médicaux.