Le questionnaire conduit-il à réduire les dons de sang en France ?
Actualité du don de sang et de la transfusion
partager sur facebookpartager sur twitter

Le questionnaire conduit-il à réduire les dons ?

J'aime la vie, je donne mon sang

De nombreux responsables d'associations de donneurs de sang se demandent si les questions posées dans le questionnaire pré-don ne sont pas trop intrusives dans la vie privée, ce qui conduirait de nombreuses personnes à ne pas devenir donneurs de sang.

Malgré ce constat, les reponsables d'associations de donneurs de sang comprennent que l'ensemble de ces questions a pour but d'assurer la sécurité transfusionnelle, et qu'il doit redonner confiance à la population sur la transfusion sanguine après le scandale du sang contaminé.

Mais ils se demandent quand même, s'il ne serait pas possible de trouver une autre méthode afin d'assurer la sécurité transfusionnelle tout en respectant la vie privée des donneurs de sang lors des entretiens pré-don.

Le questionnaire rentre dans la vie privée, notamment au niveau sexuel. Certaines personnes ne souhaitent pas forcément parler de ces points là avec une tierce personne, que ce soit le médecin ou l'infimier réalisant l'entretien médical.

Le souhait de ne pas aborder ces questions n'est pas forcément pour cacher des informations, mais parce qu'il n'est pas forcément naturel de parler de cela, et qu'il y a parfois la peur d'être jugé sur une certaine philosophie de vie.

Du coté de l'Etablissement Français du Sang (EFS) qui assure la réalisation des entretiens pré-don, tout est assuré pour que les donneurs de sang ne se sentent ni mal à l'aise ni jugé pour quoi que ce soit. Afin d'y parvenir, l'ensemble du personnel est formé pour assurer cela.