Le service minimum du CNTS du Congo perturbe les transfusions
Actualité du don de sang et de la transfusion
partager sur facebookpartager sur twitterpartager sur
google +

Le service minimum perturbe les transfusions

photo d'une poche de sang

Depuis le 7 janvier, le Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS) de la République du Congo a mis en place un service minimum qui ne permet pas à toutes les banques de sang, installées dans les hôpitaux, de disposer de stocks de sang suffisants pour toutes les transfusions sanguines.

Ce service minimum a été mis en place à la suite de l'arrêt de travail des salariés du CNTS. Le représentant des travailleurs réclame le paiement régulier des salaires et le versement des 11 mois de salaires impayés.

Face à cette situation, se procurer des poches de sang à la banque de sang nécessite d'être patient. Certains attendent depuis plus ou moins 48 heures et sont à bout de souffle. A la moindre apparition du personnel de la banque du sang, ils accourent, espérant du nouveau sur la situation

Devant la banque du sang on aperçoit un attroupement de gens qui se bousculent dans l’espoir de faire partie des premiers servis. Plus qu’abattus, certains parents de malades essaient de persuader le personnel, en  brandissant la fiche de prescription du médecin.

Ce service minimum ne permet pas au personnel du CHU d'assurer l'ensemble des transfusions sanguines nécessaires aux patients. De ce fait, certains patients voient leur état de santé se dégrader par manque de transfusions de sang.