Mesures spécifiques mises en place face à la Dengue et Chikungunya
Actualité du don de sang et de la transfusion
partager sur facebookpartager sur twitter

Mesure spécifique face à la Dengue et Chikungunya

photo d'une banderole pour promouvoir le don de sang

Afin de prévenir la transmission des virus de la dengue et du chikungunya par la transfusion sanguine ou par la greffe (organes, tissus et cellules), le Haut Conseil de la Santé publique (HCSP) a publié des mesures spécifiques vis à vis des donneurs.

En raison du contexte épidémiologique international de ces deux arboviroses (dengue et chikungunya), le HCSP a mis en place des mesures restrictives vis à vis du don de sang pour certains donneurs.

Les Français qui ont séjourné dans des pays à risque peuvent faire l’objet d’un ajournement temporaire du don sur une période donnée. L'Établissement français du sang et l'Agence de biomédecine disposent d'une liste de pays soumis à ces mesures d'ajournement, voire d'exclusion des donneurs.

Dans son avis, le HCSP ajoute à cette liste 14 pays pour la dengue (Tanzanie, Colombie, Mexique, Nicaragua, Sri Lanka, Thaïlande, Pakistan, Australie, Cambodge, Laos, Malaisie, Philippines, Singapour et Vietnam) et 9 pour le chikungunya (République du Congo, Colombie, Honduras, Paraguay, Pérou, Salvador, Inde, Indonésie, Maldives).

« En pratique, lorsqu'un individu vivant en métropole vient de séjourner dans l'un des pays de cette liste, il doit attendre 28 jours après son retour pour envisager de faire un don », précise le Pr Chidiac, infectiologue et président de la Commission spécialisée maladies infectieuses et maladies émergentes (Cs-MIME) du HCSP

Cette actualisation s'applique aussi bien pour assurer la sécurité des produits sanguins labiles que pour les organes, tissus et cellules. Elle est susceptible d'être révisée en fonction du contexte épidémiologique.