Situation inquiétante du don de sang au Cameroun depuis des années
Actualité du don de sang et de la transfusion
partager sur facebookpartager sur twitterpartager sur
google +

Situation inquiétante du don de sang au Cameroun

Photo d'un enfant malade en attente d'une transfusion sanguine

La situation en matière de don du sang au Cameroun ne s'améliore pas malgré les nombreux investissements réalisés par le Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS) du pays du fait de la réticence de la population pour ce geste.

Alors que les besoins en transfusion sanguine sont estimés à environ 400 000 poches de sang par an, le CNTS ne prélève que 91 000 dons de sang environ par an. Ainsi, plus de 300 000 transfusions sanguines ne sont pas réalisées par manque de sang.

La Fédération camerounaise des donneurs bénévoles de sang (FECADOBES) explique que cette pénurie de sang est la conséquence de la réticence qu'ont les camerounais pour le don de sang. Ils considèrent que cet acte n'est pas conforme à leur croyance religieuse.

D’après certaines croyances, donner de son sang revient à commettre un péché. «Il n’est pas rare de voir un parent refuser de se faire extraire un peu de sang à transfuser pour son propre enfant», rapporte un médecin témoin de cette situation.

La FECADOBES souhaite faire évoluer cette mentalité afin que les patients puissent être mieux soignés, mais elle peine à y arriver par manque de moyens humains et financiers. Cette fédération ne compte que 15 associations des donneurs de sang bénévoles.

« Ces associations sont souvent abandonnées à leur sort, les appuis institutionnels, techniques, matériels et financiers dont elles bénéficient sporadiquement étant largement en deçà de leurs besoins pour une pleine efficacité. », précise la FECADOBES.

Une enquête en 2014 a été réalisée pour évaluer le système de santé du Cameroun. Elle a permis de recenser 103 décès sur 100 000 naissances. Ces décès ont été majoritairement causés par des problèmes d’anémie, des hémorragies survenues lors des accouchements.