Un médecin condamné pour négligence ayant causé la mort en Algérie
Actualité du don de sang et de la transfusion
partager sur facebookpartager sur twitterpartager sur
google +

Un médecin condamné pour négligence en Algérie

Photo d'une transfusion sanguine chez un malade

Le tribunal correctionnel de Skikda a condamné le mercredi 26 septembre dernier à une année de prison ferme, un médecin généraliste de l’hôpital Abderazak Bouhara de la ville de Skikda pour « négligence ayant causé la mort d’une parturiente et son bébé ».

L’affaire remonte à juillet de l’année passée lorsque le mari H. B. a conduit son épouse Z.K sur le point d’accoucher aux urgences de cet hôpital. Le médecin généraliste en service a refusé de la prendre en charge, après avoir constaté que la patiente souffrait d’une hémorragie, alors que son état exigeait une intervention d’urgence de transfusion et une césarienne.

Lors du procès durant lequel les autres membres du staff médical étaient convoqués comme témoins, le médecin accusé a soutenu avoir accompli son devoir conformément à sa fonction au sein du service. Les raisons de son refus n'ont pas été très claires.

Face au refus de soins du médecin, le mari a transporté sa femme dans sa voiture personnelle vers une clinique privée distante de 3km de Skikda. Cette clinique ne disposant pas de banque de sang n'a pas permis une prise en charge optimale de la patiente enceinte.

Le mari est parvenu au bout de 4 heures à mobiliser des proches de plusieurs communes afin de disposer de 6 poches de sang. L'intervention a ainsi pu être réalisée avec succès, mais l’état de santé de la patiente s’était dégradé avant de rendre l’âme, deux heures avant son bébé.

La famille a ensuite déposé auprès des services de sécurité une plainte contre l’hôpital public pour « négligence ayant conduit à la mort suite au transfert de la patiente à une clinique privée au lieu de la prendre en charge ».

Les juges ont considéré que le médecin et l'hôpital ont été responsables de ces décès, et les ont condamné à une amende de 50.000 DA pour le médecin en plus de un an de prison, et d’un dédommagement de 4 millions DA à la famille à verser par l’hôpital.