Les contre-indications des donneurs sont définies par l’arrêté du 12 janvier 2009
Don du Sang en France

Contre-indication

Le don de sang doit respecter certaines régles de sécurité, dans un souci de responsabilité vis à vis des malades et des donneurs.

Les contre-indications sont définies réglementairement sur la base de critères médicaux et épidémiologiques. Elles sont réévaluées régulièrement par un groupe d'experts et le plus souvent temporaires (80% des cas), permettant aux donneurs de sang de redonner dans un avenir plus ou moins proche, selon la contre-indication.

Les contre-indications sont celles définies par un arrêté ministériel du 10 avril 2016 fixant les critères de sélection des donneurs de sang en application de l'annexe de la directive européenne 2004/33/CE. Ce texte prend acte de l'allongement de l'espérance de vie et de l'augmentation continue des besoins transfusionnels, notamment en allongeant l'âge légal limite pour donner son sang.

photo du m?decin de l'EFS au cours d'entretien médical

Ces critères ont pour but de limiter les risques autant que possible pour le malade, en particulier vis-à-vis du risque de transmission d'une bactérie, d'un virus, d'un parasite ou de substances dangereuses. Ils doivent également veiller à la santé des donneurs.

 

Voici quelques contre-indications :

  • l'âge : être mineur ou avoir plus de 70 ans pour le sang (sauf dérogation particulière) ou plus de 65 ans pour le don de plasma ou plaquettes ou plus de 50 ans pour le don de granulocytes
  • le poids : peser moins de 50 kg
  • biologiques : avoir un taux d'hémoglobine, de protéines ou de plaquettes insuffisants selon le don
  • Une infection ou une fièvre de plus de 38°C datant de moins de deux semaines
  • Personne ayant un traitement par antibiotiques (il faudra attendre 7 jours après l'arrêt du traitement pour pouvoir donner de nouveau et 2 semaines après la fin des symptômes)
  • Personne ayant eu des soins dentaires, il y a moins de 7 jours, sauf pour les soins de caries et de détartrage, pour lesquels les dons sont possibles dès le surlendemain
  • Avoir eu des épisodes infectieux ou de la fièvre dans les 14 derniers jours
  • Avoir eu une gastro-entérite non fébrile dans les 14 jours
  • Contre-indication de 6 mois après accouchement
  • Ayant été vacciné dans les 4 dernières semaines pour les vaccins vivants atténués
  • Avoir eu un contact récent avec une personne atteinte de maladie contagieuse (délai variable)
  • Avoir fait dans les 4 derniers mois un voyage dans les pays où sévit le paludisme, la maladie de Chagas, le West Nile virus, la dengue ou le chikungunya. Dans ce cas, seuls les dons de plasma restent possible.
  • Avoir subi une intervention chirurgicale importante (hospitalisation supérieure à 24h) ou un examen endoscopique dans les 4 derniers mois
  • Avoir fait un piercing ou un tatouage dans les 4 derniers mois
  • Antécédent de paludisme de moins de trois ans après la dernière crise
  • Contre-indications temporaires de 4 mois : relations avec un nouveau partenaire (non protégées), plus d'un partenaire, avec un partenaire porteur du VIH, VHB, VHC, HTLV, avoir eu une endoscopie (hors ORL), une intervention chirurgicale importante avec hospitalisation > 24 h.
  • Contre-indications temporaires de 12 mois : hommes ayant eu une relation avec un autre homme (pour le plasma possible après 4 mois avec le même partenaire).
  • Contre-indications définitives : personnes ayant subi une transfusion sanguine, une greffe d'organe, de tissus ou de cellules, les personnes ayant eu un traitement par l'hormone de croissance humaine, les personnes ayant séjourné plus de 12 mois entre 1980 et 1996 en Grande Bretagne, les personnes ayant consommé de la drogue par voie intraveineuse, les personnes dont la famille proche est atteinte de la maladie de Creutzfeldt-Jakob, les personnes ayant des antécédents de cancer, leucémie et certaines autres malades graves même guéries sauf cancer in situ après guérison complète.

Ces contre-indications ne sont pas les seules. En lisant l'arrêté du 10 avril 2016 vous en trouverez la liste complète.

 

panneau AttentionSeule la personne qui effectue l'entretien médical pré-don est habilitée à décider de l'aptitude d'une personne à donner ou non son sang et examine chaque cas d'un point de vue médical. N'hésitez pas à vous renseigner auprés d'un site de l'EFS.