Répartition du don du sang, de plaquettes, de plasmas pour les malades nécessitant une transfusion dans le monde
Don du Sang en France

Don du sang dans le monde

Données mondiales


Alors que la transfusion sanguine permet de sauver des vies et d’améliorer la santé, des millions de patients ne peuvent pas bénéficier de sang sécurisé au moment où ils en auraient besoin. Une augmentation de 10,7 millions de dons de sang provenant de donneurs volontaires non rémunérés a été observée entre 2008 et 2013. Ces dons sont utilisés dans les pays à faible revenu, à 65% pour les enfants de moins de 5 ans. Alors que dans les pays à revenu élevé, 76% des dons du sang sont transfusés à des patients de plus de 65 ans.

 

Collecte du sang


Si les besoins sont partout les mêmes, on constate un fort déséquilibre entre les pays en développement et les pays développés, en ce qui concerne l’accès au sang sécurisé. On estime généralement qu’au moins 1% de la population doit donner son sang pour satisfaire les besoins de base d’un pays, sachant que dans les pays dont le système de soins est plus sophistiqué, les besoins sont supérieurs.

  • Environ 50% des 112,5 millions de dons ont été collectés dans les pays développés, où habitent à peine 19% de la population représentée.
  • Le nombre de dons de sang pour 1000 habitants, également représentatif de la disponibilité générale du sang dans un pays, est très variable, et c’est dans les pays en développement et à économie de transition que la disponibilité du sang est la plus faible. Le taux moyen de dons est de 32,1 pour 1000 habitants dans les pays à revenu élevé, de 11,7 pour 1000 habitants dans les pays à revenu moyen et de 4,6 pour 1000 habitants dans les pays à faible revenu.

Répartition des donneurs de sang dans le monde

 

Types de donneurs de sang


Il y a trois types de dons de sang : le don volontaire et bénévole, le don de compensation pour un membre de la famille et le don rémunéré. C’est chez les donneurs volontaires, qui ne donnent leur sang que par pur altruisme, que l’on trouve la plus faible prévalence du VIH, des virus de l’hépatite et d’autres agents infectieux, par rapport aux donneurs de compensation pour un membre de leur famille, ou qui sont rémunérés.

Pour l'OMS, seuls les dons de sang réguliers par des donneurs volontaires et bénévoles permettent d’assurer un approvisionnement suffisant en sang sécurisé. 74 pays obtiennent plus de 90% de leurs approvisionnements en sang auprès de donneurs volontaires non rémunérés; mais 71 pays recueillent encore plus de 50% de leurs approvisionnements en dons pour un membre de la famille, de compensation, ou rémunérés.

 

Contrôle des dons de sang


L’OMS recommande que toutes les activités relatives à la collecte du sang, au dépistage, au traitement, au stockage et à la distribution de celui-ci, soient coordonnées au niveau national, grâce à une organisation efficace et à une politique nationale de transfusion sanguine. Seulement 68% des pays sont dotés d'une politique nationale sur le don du sang en 2013.

L’OMS recommande également un dépistage systématique des infections dans tous les dons de sang avant leur utilisation. Le dépistage devrait être obligatoire pour le VIH, l’hépatite B, l’hépatite C et la syphilis. 13 pays n'ont pas été en mesure de rechercher l’ensemble de ces infections dans tous les dons de sang.

 

Source: OMS, base de données sur la sécurité tranfusionnelle - Juin 2017