Impasses ou difficultés dans la transfusion de CGR, de CP ou plasmas
Transfusion sanguine

impasses transfusionnelles

Impasses ou difficultés dans la transfusion de CGR


La grande majorité des situations identifiées comme impasses ou difficultés transfusionnelles trouve une solution lorsque qu'elle a été anticipée en amont de la transfusion. Dans le cas d’une urgence transfusionnelle, le médecin en charge du conseil transfusionnel sera amené à déroger aux règles de sécurité immunologique pour la survie immédiate du patient. Les choix, toujours difficiles, reposent sur une analyse du rapport bénéfice/risque.

 

Présence d'un auto-anticorps dans un contexte d'anémie hémolytique auto-immune

Il est préférable d'éviter toute transfusion de CGR sauf en cas d’intolérance clinique ou d'antécédents cardio-vasculaires ne permettant pas le maintien d'une hémoglobine basse. Lorsque la transfusion est nécessaire, les CGR seront compatibilisés sur le sérum du patient après adsorption des auto-anticorps.

 

Présence d'un allo-anticorps non identifié

Afin d'assurer la sécurité transfusionnelle du patient, il est nécessaire de transfuser des CGR phénotypés RH-Kel1 et compatibilisés. Les CGR devront être également dépourvus des antigènes correspondant aux anticorps dangereux non éliminés lors de la recherche d'allo-anticorps.

 

Patient ayant un phénotype érythrocytaire rare

Les patients possédant un phénotype érythrocytaire rare doivent être enregistrés dans le fichier national du centre National de Référence pour les Groupes Sanguins (CNRGS) et peuvent être inclus dans un protocole de conservation de leur sang sous forme congelée à la banque nationale de sang de phénotypes rares (BNSPR).

Lorsque la transfusion sanguine est programmée, il sera possible de réaliser la transfusion avec le sang qui aura été congelé au préalable ou à partir de donneurs ayant le même phénotype rare. Dans l'urgence, la transfusion sanguine sera incompatible, avec le risque que les anticorps détruisent les globules rouges transfusés. Ceci peut permettre l'arrivée d’unités de sang décongelées de la BNSPR.

 

Impasse ou difficultés dans la transfusion de plaquettes


Chez certains patients, le rendement lors de la transfusion de plaquettes est faible. Cela peut être dû à une cause non immunologique : infection et fièvre, coagulation intravasculaire disséminée (CIVD), splénomégalie, hémorragie, complication post-allogreffe, médicaments (héparine, antibiotiques).

Dans d'autres cas, l'absence de rendement transfusionnel est la conséquence de la présence d’un anticorps anti-HPA (peu fréquent) ou d’un anti-HLA. Hors thrombopénie néonatale, la recherche d'anticorps anti-HPA pourra être réalisée en seconde intention devant l'inefficacité de transfusions HLA compatibles.

Lors de la présence d’un anti-HLA, la difficulté à trouver des donneurs HLA identiques ou compatibles est réelle et peut conduire à une impasse transfusionnelle. Le délai de mise à disposition d’un CPA HLA compatible ne peut répondre à une prescription urgente.

 

Impasse ou difficultés dans la transfusion de plasmas


Certains patients peuvent présenter une allergie dirigée contre certaines protéines plasmatiques. Les complications allergiques des transfusions de plasma imposent un changement de type de plasma.