Immuno-Hématologie Erythocytaire


Réalisation

1. Lecture des différentes réactions par techniques :

Il est intéressant de voir comment on définit une réaction positive d'une réaction négative selon la technique employée :

 

a. Technique en tube :

groupage en tubes

 

b. Technique en microplaque :

groupage en microplaque

 

c. Technique en filtration :

groupage en cassettes

 

2. Réalisation et interprétation d'un groupage ABO :

Le groupage sanguin ABO est la seule recherche des antigènes à la surface des globules rouges qui comporte deux épreuves : l'épreuve globulaire (Beth-Vincent) et l'épreuve plasmatique (Simonin-Michon). Ce groupage comporte cette spécificité du fait que chaque individu d'un groupe comporte les anticorps dirigés contre les autres groupes ABO.

A la naissance, le groupe ABO est défini génétiquement dans le noyau de l'érythroblaste (précurseur du globule rouge), il n'existe pas d'anticorps dirigés contre les antigènes des autres groupes sanguins. Cette immunisation se réalise au cours des 3 premiers mois de la vie, lorsque le corps du nouveau-né est exposé aux différents germes de l'environnement. Cette exposition conduit à la création d'anticorps notamment les anticorps des groupes sanguins, le système ABO n'étant pas exclusivement d'origine érythrocytaire. Ces anticorps sont dits "naturel".

 

a. Epreuve globulaire (Beth-Vincent) :

Cette épreuve consiste à mettre en évidence les antigènes du systeme ABO de la surface des globules rouges à l'aide d'anticorps (antisérum) spécifiques afin de déterminer le groupe ABO du patient. Lors de cette épreuve, il doit être utilisé un anti-A, un anti-B et un anti-AB (l'anti-B ne doit pas reconnaitre le B acquis, l'anti-A ou/et l'anti-B doivent reconnaitre les Ax). L'anti-A permettra de reconnaitre les individus possédant les antigènes A; l'anti-B les individus possédant l'antigène B et l'anti-AB les individus possédant l'antigène A et/ou l'antigène B.

 

b. Epreuve plasmatique (Simonin-Michon) :

Cette épreuve consiste à mettre en évidence les anticorps du système ABO contenus dans le plasma du patient à l'aide de globules rouges de groupe ABO connu. Lors de cette épreuve, il est utilisé des globules rouges de groupe A1 et des globules rouges B (hors difficulté de groupe). Un individu de groupe A possède les anti-B, le plasma agglutinera donc avec les globules rouges de groupe B. Un individu de groupe B possède les anti-A, le plasma agglutinera donc avec les hématies de groupe A1. Les individus O possèdent les anti-A et les anti-B, le plasma agglutinera avec les hématies A1 et B, alors que les individus de groupe AB ne possèdent pas d'anticorps, il n'y aura donc aucune réaction avec les différentes hématies.

 

c. Interprétation des groupes possibles :

différents groupages

Le groupage ABO pour être valide doit être réalisé sur deux prélèvements sanguins distincts (réalisés à deux moments différents ou par deux infirmières). Cette nécessité s'explique par le fait que les groupages sanguins sont essentiellement utilisés pour la réalisation des transfusions sanguines et qu'une erreur de groupe sur une réalisation pourrait conduire au décès possible du patient dès la première transfusion.

 

 

3. Phénotypage "standard" :

A l'heure actuelle, le phénotypage consiste à déterminer le phénotype des systèmes Rhésus (RH) et Kell (KEL), les plus immunogènes; c'est à dire pouvant conduire à une immunisation lors de l'introduction dans la circulation sanguine d'un antigène incompatible. Ce phénotypage doit comporter deux réalisations comme pour le groupage ABO.

Les antigènes recherchés sont donc l'anti-D (le resultat est souvent associé au groupe ABO : A+, O-), l'anti-C, l'anti-c, l'anti-E, l'anti-e et l'anti-Kell. Seule une partie des antigènes de ces systèmes est recherchée, le système Rhésus comportant plus de 54 antigènes et le système Kell, 35 antigènes.

 

4. Phénotypage Etendu :

Ce phénotypage utilise le même principe que le phénotypage "standard", mais sur des phénotypes moins immunogènes. Il existe donc actuellement des antisérums pour des antigènes des systèmes MNS, P1, LU, KEL, LE, FY, JK, H. Ces antisérums sont utilisés essentiellement pour déterminer le phénotype du patient lorsqu'il s'est immunisé contre un antigène de l'un de ces systèmes.